La communauté internationale manifeste son soutien au Japon
  • Page d’accueil>
  • La communauté internationale manifeste son soutien au Japon

La communauté internationale manifeste son soutien au Japon

Les Nations Unies

L’enlèvement de citoyens japonais par la Corée du Nord est une violation de la souveraineté du Japon. C’est aussi un affront à la dignité humaine et une sérieuse violation des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Les Nations Unies ont adopté une série de résolutions concernant la situation des Droits de l’Homme en Corée du Nord et la question des enlèvements.

Assemblée Générale des Nations Unies

Une résolution sur les Droits de l’Homme en Corée du Nord a été introduite pour la première fois devant l’Assemblée Générale de l’ONU en décembre 2005. Elle exprime une grave préoccupation à propos de la situation des Droits de l’Homme dans ce pays, ce qui inclut l’enlèvement de ressortissants étrangers, et en appelle à la Corée du Nord pour qu’elle coopère avec les Nations Unies afin d’améliorer la situation.

En décembre de l’année suivante, une résolution similaire fut à nouveau adoptée, comportant en plus une déclaration selon laquelle la question des enlèvements est un sujet de préoccupation internationale et une violation des droits humains des ressortissants d’autres pays souverains.

Enfin, pour la troisième année consécutive, une résolution similaire fut adoptée en décembre 2007. Cette fois, en plus d’exprimer une préoccupation au sujet des enlèvements, la résolution en appelle avec fermeté à la Corée du Nord pour qu’elle résolve de façon urgente les questions relatives aux enlèvements de personnes étrangères, et qu’elle assure le retour immédiat de toutes les victimes.

Déclaration du Rapporteur Spécial de l’ONU sur la Situation des Droits de l’Homme en Corée du Nord

  Vitit Muntarbhorn, Rapporteur Spécial de l’ONU sur la situation des Droits de l’Homme en Corée du Nord, recommande que la Corée du Nord prenne des mesures aussi rapidement que possible pour redresser les torts commis, dont l’enlèvement de citoyens étrangers.

Déclarations et rapports du Secrétaire Général des Nations Unies

Lors d’une visite en République de Corée en mai 2006, le Secrétaire Général de l’ONU de l’époque, M. Kofi Annan, déclara qu’il était nécessaire que la Corée du Nord explique sa position au sujet des enlèvements afin d’alléger les souffrances des victimes ainsi que de leurs familles.

Puis, au mois d’octobre 2007, un rapport du Secrétaire Général de l’ONU à propos de la situation des Droits de l’Homme en Corée du Nord fut publié pour la première fois. Ce rapport mentionne les enlèvements.

Conseil de Sécurité de l’ONU

  Suite au lancement de missiles External linken juillet 2006, la Corée du Nord annonça au mois d’octobre de la même année qu’elle avait procédé à des essais nucléaires External link. Suite à cette annonce, la Conseil de Sécurité de l’ONU passa à l’unanimité la Résolution 1718External link, qui souligne l’importance pour la Corée du Nord de répondre aux préoccupations humanitaires de la communauté internationale. C’était une reconnaissance de la position ferme du Japon, car la question des enlèvements se trouvait clairement sous-entendue dans l’expression «préoccupations humanitaires».

Rencontres au Sommet

La position du Japon sur la question des enlèvements a reçu le soutien des chefs des pays industrialisés lors des Sommets.

Par exemple, au Sommet du G8 réuni à Heiligendamm, en Allemagne, au mois de juin 2007, le discours de conclusion du président contenait un appel à une résolution rapide du problème des enlèvements. Depuis le Sommet du G8 d’Evian, en 2003, la question est mentionnée chaque année.

Compréhension exprimée par de nombreux pays

  Les gouvernements de nombreux pays ont exprimé une profonde préoccupation au sujet des enlèvements.

Par exemple, le Gouvernement Américain a exprimé depuis longtemps une grande compréhension et un soutien constant de la position japonaise à ce sujet. Lorsque des membres de familles de victimes se rendirent aux Etats-Unis en avril 2006 afin de témoigner devant une commission du Congrès, ils furent reçus par le Président Bush. A cette occasion, celui-ci déclara : «La Corée du Nord doit respecter les droits de l’homme et la dignité humaine, et permettre à la maman de Megumi de serrer encore une fois sa fille dans ses bras.»

La Chine et la République de Corée ont également exprimé leur compréhension vis-à-vis de la position japonaise à ce sujet, et leur volonté d’apporter leur aide.

  • Animé Megumi
  • Appel à témoins
  • Campagnes de relations publiques sur la question des enlèvements