L’enlèvement de citoyens japonais par la Corée du Nord
  • Page d’accueil>
  • L’enlèvement de citoyens japonais par la Corée du Nord>
  • Cas individuels – 17 victimes d’enlèvement identifiées par le Gouvernement du Japon

Cas individuels – 17 victimes d’enlèvement identifiées par le Gouvernement du Japon

Janvier 2010

Settembre 1977 Caso Ushitsu Ottobre 1977 Donna rapita Intorno al mese di maggio 1980 Due uomini giapponesi rapiti in Europa Intorno al mese di luglio 1983 Donna giapponese rapita in Europa Agosto 1978 Madre e figlia rapite Novembre 1977 Ragazza rapita Luglio 1978 Coppia rapita Intorno al mese di giugno 1978 Rapimento di Lee Un-Hae Agosto 1978 Coppia rapita Giugno 1980 Caso Sin Kwang-Su Intorno al mese di giugno 1978 Rapimento di un ex dipendente di un ristorante Luglio 1978 Coppia rapita

Le Gouvernement du Japon a identifié les 17 personnes citées ci-dessous comme victimes d’enlèvement par la Corée du Nord (entre parenthèses : âge lors de l’enlèvement et lieu de disparition).

1. 19 septembre 1977 : l’Affaire Ushitsu

  • Victime : Yutaka Kume (52 ans, homme, Préfecture d’Ishikawa)
  • Disparu au large d’Ushitsu, sur la côte de la Préfecture d’Ishikawa.

La Corée du Nord ne reconnaît pas que Yutaka Kume se soit jamais trouvé sur son sol. Les autorités japonaises ont lancé un mandat d’arrêt à l’encontre de l’agent nord-coréen Kim Se-Ho, le principal suspect dans cette affaire, en janvier 2003, et l’ont fait inscrire sur la liste d’Interpol. Le Gouvernement Japonais demande son extradition vers le Japon. Lors des Discussions globales nippo-nord-coréennes qui se sont ouvertes en février 2006, la partie nord-coréenne a prétendu ne rien savoir au sujet d’une personne nommée Kim Se-Ho, mais qu’elle était prête à ouvrir une enquête en vue de son identification si le Japon lui fournissait les informations nécessaires.

2. 21 octobre 1977 : Enlèvement d’une femme

  • Victime : Kyoko Matsumoto (29 ans, femme, Préfecture de Tottori)
  • Disparue non loin de chez elle alors qu’elle se rendait à son cours de tricot.

Lors du 12e round de pourparlers de normalisation qui s’est tenu à Kuala Lumpur en octobre 2002 ainsi que lors des trois Consultations de Travail nippo-nord-coréennes de 2004, le Gouvernement Japonais a demandé à la Corée du Nord de fournir des informations sur ce cas. Lors du troisième round de consultations, la Corée du Nord a prétendu ne posséder aucune preuve de la présence de Kyoko Matsumoto sur son sol.

De façon répétée, depuis novembre 2006 où elle a été identifiée comme victime d’enlèvement, le Gouvernement Japonais a exigé que la Corée du Nord permette immédiatement le retour de Kyoko Matsumoto au Japon, et fournisse en outre un rapport complet sur son cas. Cependant, la Corée du Nord n’a apporté aucune réponse.

3. 15 novembre 1977 : Enlèvement d’une jeune fille

  • Victime : Megumi Yokota (13 ans, femme,  Préfecture de Niigata)
  • Disparue à Niigata en revenant de l’école.

Durant le 3e round des Consultations de Travail nippo-nord-coréennes en novembre 2004, la Corée du Nord a affirmé que Megumi Yokota était décédée en avril 1994, et livra ses «restes». Cependant, l’analyse ADN indique que ces restes sont ceux d’une autre personne, voire de plusieurs.

Des analyses ADN supplémentaires conduites en avril 2006 par le Gouvernement Japonais ont révélé une forte probabilité pour que Kim Young-Nam, citoyen coréen enlevé en Corée en 1978 alors qu’il était lycéen, soit le mari de Megumi Yokota.

4. Aux alentours de juin 1978 : enlèvement d’un ancien employé de restaurant

  • Victime : Minoru Tanaka (28 ans, homme, Préfecture de Hyogo)
  • Disparu lors d’un voyage vers l’Europe.

Lors du 12e round de pourparlers de normalisation qui s’est tenu à Kuala Lumpur en octobre 2002 ainsi que lors des trois Consultations de Travail nippo-nord-coréennes de 2004, le Gouvernement Japonais a demandé à la Corée du Nord de fournir des informations sur ce cas. Lors du troisième round de consultations, la Corée du Nord a prétendu ne posséder aucune preuve de la présence de Minoru Tanaka sur son sol.

Depuis avril 2005 où il a été identifié comme victime d’enlèvement, le Gouvernement Japonais a exigé que la Corée du Nord permette immédiatement le retour de Minoru Tanaka au Japon, et fournisse en outre un rapport complet sur son cas. Cependant, la Corée du Nord n’a apporté aucune réponse.

5. Aux alentours de juin 1978 : enlèvement de Lee Un-Hae

  • Victime : Yaeko Taguchi (22 ans, femme, lieu inconnu)

Kim Hyon-Hui, ex-agent nord-coréenne impliquée dans un attentat à la bombe sur un avion de Korean Airlines en novembre 1987, prétend avoir été formée à se mêler à la société japonaise par une femme du nom de Lee Un-Hae, qui probablement n’est autre que Yaeko Taguchi, dont on a reporté la disparition au Japon.

La Corée du Nord prétend que YaekoTaguchi a épousé Tadaaki Hara en 1984 et que, peu après le décès de celui-ci pour maladie en 1986, mourut à son tour dans un accident de voiture. La Corée du Nord n’a cependant fourni aucun document ni preuve pour supporter ses dires.

Pendant une entrevue en mars 2009, avec des membres de la famille Iizuka, famille de Yaeko Taguchi et Kim Hyun-Hee, des informations importantes (voir note) concernant Mlle Taguchi furent obtenues. Le Gouvernement Japonais est en train de procéder aux travaux de vérification.
(Note) Paroles de Kim Hyun-Hee :
« Quand je suis revenue de Macao en janvier 1987, j'ai entendu parler du chauffeur, vers février ou mars, que Mlle Taguchi avait été enlevée à un certain endroit inconnu. En 1986, j'ai entendu dire qu'on avait fait marier la victime d'enlèvement qui vivait toute seule. C'est la raison pour laquelle j'ai cru que Mlle Taguchi est allée quelque part pour se marier. »

6. 7 juillet 1978 : enlèvement d’un couple

  • Victimes : Yasushi Chimura (23 ans, homme, Préfecture de Fukui)
    Fukie Chimura (née Hamamoto, 23 ans, femme, Préfecture de Fukui)
  • Disparus après avoir annoncé qu’ils sortaient ensemble.

Ils se sont mariés en 1979, et ont rejoint le Japon en octobre 2002. Leur fille et leurs deux fils les ont rejoints au mois de mai 2004.

Au mois de février 2006, les autorités japonaises ont lancé un mandat d’arrêt à l’encontre de l’agent nord-coréen Sin Kwang-Su, considéré comme responsable de ce double enlèvement, et l’ont fait inscrire sur la liste d’Interpol. Le Gouvernement Japonais demande son extradition vers le Japon.  

7. 31 juillet 1978 : enlèvement d’un couple

  • Victimes : Kaoru Hasuike (20 ans, Préfecture de  Niigata)
    Yukiko Hasuike (née Okudo, 22 ans, Préfecture de Niigata)
  • Après avoir dit «Je sors un moment et je reviens», Kaoru Hasuike ne donna plus signe de vie. Yukiko Okudo disparut aussi de la même manière.

Ils se sont mariés en 1980, et ont rejoint le Japon en octobre 2002. Leur fils et leur fille les ont rejoints au mois de mai 2004.

Au mois de février 2006, les autorités japonaises ont lancé un mandat d’arrêt à l’encontre d’un individu connu sous le nom de Choi Sun-Chol,  agent nord-coréen considéré comme responsable de ce double enlèvement, et en février 2007 un nouveau mandat fut lancé à l’encontre de Han Myeong-Il (alias Han Geum-Nyeong) et Kim Nam-Jin, en tant que co-conspirateurs. Ils sont tous listés par Interpol, et le Gouvernement Japonais demande leur extradition vers le Japon.

8. 12 août 1978 : enlèvement d’un couple

  • Victimes : Shuichi Ichikawa (23 ans, homme, Préfecture de Kagoshima)
    Rumiko Masumoto (24 ans, femme, Préfecture de Kagoshima)
  • Disparus après avoir annoncé qu’ils allaient sur la plage voir le coucher du soleil.

La Corée du Nord prétend qu’ils se sont mariés en juillet 1979, que Shuichi Ichikawa est décédé d’une crise cardiaque au mois de septembre de la même année, et que Rumiko Masumoto est à son tour décédée d’une crise cardiaque en 1981. La Corée du Nord n’a cependant fourni aucun document ni preuve pour supporter ses dires.

9. 12 août 1978 : enlèvement d’une mère et sa fille

  • Victimes : Hitomi Soga (19 ans, femme,  Préfecture de Niigata)
    Miyoshi Soga (46 ans, femme, Préfecture de Niigata)
  • Disparues en allant faire des courses ensemble.

Hitomi Soga est revenue au Japon en octobre 2002. Son mari (Charles Robert Jenkins, citoyen américain) et ses deux filles l’ont rejointe au mois de juillet 2004.

La Corée du Nord prétend que Miyoshi Soga ne s’est jamais trouvée sur son sol. En novembre 2006, les autorités japonaises ont lancé un mandat d’arrêt à l’encontre d’une personne connue sous le nom de Kim Myong-Suk, agent nord-coréenne considérée comme responsable de ce double enlèvement, et l’ont faite inscrire sur la liste d’Interpol. Le Gouvernement Japonais demande son extradition vers le Japon.

10. Aux alentours de mai 1980 : Enlèvement de deux hommes japonais en Europe

  • Victimes : Toru Ishioka (22 ans, homme, Europe)
    Kaoru Matsuki (26 ans, homme, Europe)
  • Tous deux disparurent alors qu’ils vivaient en Europe en 1980. En 1988, une lettre envoyée par M. Ishioka à sa famille et postée en Pologne indiqua que Kaoru Matsuki, Keiko Arimoto et lui-même se trouvaient tous en Corée du Nord.

La Corée du Nord prétend que Toru Ishioka et Keiko Arimoto sont décédés d’une intoxication au gaz au mois de novembre 1988, mais n’a fourni aucune preuve pour confirmer ses dires. Elle prétend aussi que Kaoru Matsuki est mort en août 1996, victime d’un accident de voiture. Lors des 2e et 3e rounds des Consultations de Travail nippo-nord-coréennes de septembre 2002 et novembre 2004, la Corée du Nord a remis au Japon des restes soit-disant appartenant à M. Matsuki, mais des analyses effectuées au Japon ont montré que ces restes contiennent l’ADN d’une autre personne.

En juin 2007, les autorités japonaises ont lancé des mandats d’arrêt à l’encontre de Junko Mori et Sakiko Wakabayashi (née Kuroda), épouses de membres du Groupe Yodo-go, considérées comme responsables de ces enlèvements, et ont fait porter les deux noms sur la liste d’Interpol. Le Gouvernement Japonais demande leur extradition vers le Japon.

11. Mi-juin 1980 : l’affaire Sin Kwang-Su

  • Victime : Tadaaki Hara (43 ans, homme, Préfecture de Miyazaki)
  • Disparu dans la Préfecture de Miyazaki.

L’agent nord-coréen Sin Kwang-Su a avoué aux autorités de la République de Corée être responsable de l’enlèvement de Tadaaki Hara. Les autorités japonaises ont lancé un mandat d’arrêt à l’encontre de Sin Kwang-Su pour cet enlèvement, et l’ont fait lister par Interpol. Le Gouvernement Japonais a demandé son extradition vers le Japon, et en avril 2006 a lancé un nouveau mandat d’arrêt contre lui en tant que suspect principal. Ne démontrant aucune volonté de respecter la demande d’extradition, la Corée du Nord l’honore au contraire comme un héros. Les autorités japonaises ont également émis un mandat d’arrêt à l’encontre de Kim Kil-Uk, probable co-conspirateur dans l’enlèvement de Tadaaki Hara, et effectuent les démarches nécessaires à son inscription sur la liste d’Interpol.  

La Corée du Nord prétend que Tadaaki Hara a épousé Yaeko Taguchi en 1984 avant de décéder en 1986 d’une cirrhose du foie. La Corée du Nord n’a cependant fourni aucun document ni preuve pour supporter ses dires.

12. Aux alentours de juillet 1983 : enlèvement d’une femme japonaise en Europe

  • Victime : Keiko Arimoto (23 ans, Europe)
  • Disparue en Europe.

L’ex-épouse d’un membre du Groupe Yodo-go a reconnu sa participation à l’enlèvement de Keiko Arimoto en coopération avec les autorités nord-coréennes. En septembre 2002, les autorités japonaises ont lancé un mandat d’arrêt à l’encontre de Kimihiro Uomoto (auparavant Abe),  membre du Yodo-go considéré comme responsable de cet enlèvement, et l’ont fait inscrire sur la liste d’Interpol. Le Gouvernement Japonais demande son extradition vers le Japon, mais la Corée du Nord ne montre aucune volonté d’obtempérer.

La Corée du Nord prétend que Keiko Arimoto et Toru Ishioka sont décédés en même temps en novembre 1988 d’une intoxication au gaz, mais n’a fourni aucun document ni preuve pour supporter ses dires.